DIY : Réparer un paravent japonais

DIY

Image

Les paravents japonais sont décoratifs, zen, pratiques et peu chers mais très fragiles et souvent la cible privilégiée de nos amis les chats.

J’en possède deux, (des chats mais aussi des paravents) et après 4 ans de bons et loyaux services (je parle des paravents bien sur) ils ont subis les assauts répétés des griffes de mon Gyzmo ainsi que de diverses tâches et il devenait urgent de redonner à ces deux paravents une nouvelle jeunesse.

N’étant pas partisan du remplacement mais plus de la réparation je me suis armé de courage pour me lancer dans le remplacement du revêtement de ces 2 objets indispensables à ma décoration.

L’étape la plus longue fut de trouver le bon revêtement. Traditionnellement les paravents japonnais sont constitués de feuille de papier de riz mais trouver ce matériau dans une longueur de 180 est quasi mission impossible et Google n’a pas été mon ami sur cette affaire.

J’avais tout d’abord pensé à utiliser une nappe en non-tissé mais les motifs que je trouvais ne collait pas du tout et il manquait une raideur indispensable à ce matériau pour que je puisse l’utiliser.
Lors d’une de mes nombreuses visites dans mon magasin de bricolage préféré j’ai été touché par l’esprit zen en allant traîner du coté du rayon des fibres de verre là où se trouvent les rouleaux d’intissés et miracle j’ai découvert l’objet exact de mes recherches.
Comparé au matériau d’origine garnissant mes paravents, celui que j’ai trouvé chez Leroy-Merlin était strictement identique avec, qui plus est, la raideur parfaite pour un tendu qui allait me convenir.

Armé du principal, il ne restait plus qu’à s’y mettre et je m’en vais vous narrer ici comment j’ai procédé à ce remplacement.

Tout d’abord prévoir du temps car il faut compter 2 bonnes heures par pans ce qui fait 6 heures pour un paravent de 3 panneaux.

La première étape est la désolidarisation des 3 pans du paravent. Pensez à bien marquer l’ordre de panneaux au risque de le voir bancal lors du remontage en cas d’inversion des panneaux. De plus le bois étant très fragile il faut dévisser les charnières avec précaution. J’ai conservé les charnières sur le pans du milieu et marqué les pans droit et gauche avec une petite étiquette repérant aussi le haut et le bas.

La deuxième étape consiste à ôter l’ancien matériau. C’est aussi la plus longue et fastidieuse.
Au départ je n’avais pas prévu de décadrer le quadrillage intérieur en bois pensant que celui-ci était collé aux montants mais en regardant de plus près, je me suis aperçu que les croisillons avaient une certaine liberté. Aussi j’ai osé tirer un peu sur les montants latéraux afin de voir ce qu’il se passait (je sais je suis joueur) et avec précaution, douceur j’ai pu écarter progressivement les montants dégageant ainsi le quadrillage.
Sur mon paravent, l’assemblage n’est pas collé mais simplement agrafé pour ma grande chance.

Après avoir séparé tous les éléments et surtout bien repéré leur ordre (pour le remontage) puis enlevé les agrafes l’opération décollage de la toile pouvait commencer.

La mienne est collée et impossible à enlever par simple tirage. Ma solution fut donc de la découper, rectangle par rectangle, à l’aide d’un cutter.

Image

 

J’ai opté pour une découpe bande par bande, du haut vers le bas en incisant les bords longs de chaque rectangle puis en tirant des bandes dans le sens de la longueur. Petite galère, le matériau étant de la fibre, il avait une tendance à s’effilocher, aussi ne pas hésiter à s’aider du cutter pour taillader délicatement les fibres qui restent collées au bois afin de ne pas laisser trop de matière sur le bois.

Très important, ne rien laisser sur les bords du quadrillage afin d’éviter toute sur-épaisseur qui va, lors du remontage, empêcher au quadrillage de s’insérer dans les montants. J’ai galéré à cause de cela lors du remontage du premier pan.

Voici le résultat :

Image

 

Etape suivante : la pose de la nouvelle toile :

C’est la plus simple. Il suffit de découper dans le rouleau un lé de la bonne dimension en prenant garde de rester strictement sur les dimensions du quadrillage en bois sans déborder. Toujours pour éviter toute sur-épaisseur qui va gêner lors du remontage.

Le collage : j’ai opté pour une colle vinylique spéciale travaux manuels pour bois et papier avec un tube applicateur. Elle est facile à trouver dans le rayon papeterie de tout bon supermarché et idéale pour l’application.

Il faut déposer un mince filet de colle sur chaque partie du quadrillage. Mince filet, pour éviter tout débordement.

Image

 

Ensuite il ne reste plus qu’à positionner la toile sur le support. Pour éviter qu’elle ne glisse j’ai déposé 1 livre sur le bord supérieur afin de maintenir le lé durant la suite de la pose.
Puis maroufler délicatement afin de bien tendre la toile et la faire adhérer sur les montants du quadrillage. J’ai utilisé une ancienne carte de crédit comme spatule.

Image

Une fois la toile positionnée, une série de livres pour bien maintenir le tout durant le séchage afin que la toile adhère au bois.

Image

Attendre une bonne demi-heure pour un séchage correct puis découper le surplus de toile le long des bords afin de ne laisser que le strict nécessaire. Le cutter est votre ami …

Etape suivante : le remontage :

Là, ça peut être la crise de nerf assurée aussi je vais vous donner plusieurs trucs pour éviter la « nervous breakdown » qui sera synonyme de casse.

En premier, il faut insérer le quadrillage dans un des montants verticaux. On commence par un bout puis on avance vers l’autre extrémité.
Première astuce : disposer sous le quadrillage quelques boîtiers de DVD (c’était pile poil la bonne épaisseur pour moi) pour mettre le quadrillage de niveau avec le montant ce qui va faciliter l’emboîtement.

Utiliser un couteau à mastic pour glisser la toile dans la rainure du montant et s’assurer ainsi que tout s’emboîte parfaitement.
Une fois que le quadrillage est bien glissé dans le montant et pour éviter qu’il ne s’échappe plus tard je l’ai fixé à l’aide de pointes ultra fine, enfoncées depuis les trous laissés par les agrafes d’origine. Attention avant de pointer, positionner les montants horizontaux afin de s’assurer que le quadrillage est correctement en place en haut et en bas, sinon la surprise sera désagréable lors du montage final.

Vient ensuite l’insertion dans le 2ème montant. Même opération que pour le premier montant. Puis positionner les montants hauts et bas et pointer là aussi dans les coins aux emplacements laissés par les agrafes.

Ensuite après avoir répété l’opération pour les deux autres panneaux il suffit de les fixer aux charnières dans le bon ordre.

Les finitions : pour masquer les éclats ainsi que les têtes des pointes, un bon coup de marqueur Posca noir fait parfaitement l’affaire.

Image

Finalement avec un peu de temps, de la patience et du calme mon paravent est comme neuf.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s